Life on Hold (2015)

Web documentaire Al Jazeera: http://lifeonhold.aljazeera.com/
Co-production, Qatar, Québec, Liban. 2015

 

 

Direction de la CRÉATION SONORE et COMPOSITION pour le web-documentaire “ LIFE ON HOLD”, produit par Al Jazeera (Qatar) en coproduction avec Kngfu Numerik et LOKI Design (Montréal).
LIFE ON HOLD a obtenu de nombreux honneurs, dont le prix d’Or des Nations Unies (UNDPI Gold Award)

Mon rôle dans la production:
- Recherche sur l’expérience d’écoute de l’utilisateur, en tenant compte de la complexité du sujet et des diverses couches narratives.
- Conception des univers sonores qui présentent l’environnement unique de chaque personnage à l’image.

Capture d’écran 2019-06-14 à 15.53.10.png

Synopsis
Life On Hold est un documentaire interactif d'Al-Jazeera qui présente dix réfugiés syriens vivant au Liban. Le projet explore leurs histoires à travers des profils vidéo, des photos, des sons environnementaux et des cartes géographiques de leurs exils jusqu’au Liban. La page de chaque personnage fonctionne comme un album audiovisuel offrant un aperçu immersif de leur vie quotidienne.

L'artiste syrien Tammam Azzam a créé un mur numérique pour chaque personnage, indiquant exactement le nombre de jours en exil. Chaque mur est également un espace de contribution pour commentaires positifs: les téléspectateurs peuvent envoyer des messages de soutien pour les personnages, qui s'affichent sous la forme d'étoiles scintillantes (image ci-dessus).
Avec cette approche créative et multiforme, Life on Hold offre une vision de l’humanité et de l’espoir.

 

 





La Femme Migrante (2014)

 
 

Expérience documentaire
Court métrage cinéma (HD); 25 minutes
Montréal (Québec). Mai 2014

Direction de création & scénarisation de l’expérience Documentaire “La femme Migrante,
Réalisation: Elie J. Tahchi
Direction photo & co-production: Wissam E. Salem
Son: Joe El Hajj & Julia Innes

Synopsis:

L’histoire vraie d’un casting pour femmes voilées

En 2014, Elie Tahchi, cinéaste Libanais à Montréal, travaille sur l’écriture d’un moyen métrage qui met en scène l’histoire parallèle de deux femmes voilées au Québec.
Afin d’aborder la complexité du sujet avec le plus de nuances possible, nous décidons d’utiliser la pré-production comme une étape de recherche filmée: Nous organisons un casting d’actrices potentielles pour ces rôles, de manière à collecter des témoignages et expériences de femmes qui se voilent.

Capture d’écran 2019-06-14 à 15.38.53.png

15 femmes viennent au casting.
Elles ont entre 18 et 60 ans, québécoises, maghrébines, haïtiennes, libanaise, turque.
Chacune entretient un degré de proximité et de curiosité différent avec le sujet du voile. Aucune ne le porte. Une seule l’a déjà porté.
Tour à tour, ces femmes se revêtent du voile integral et nous partagent les émotions et sensations que cette experience active en elles.


 

 

Comment nous avons procédé:

Nous avons accueilli ces femmes tour à tour et nous les avons filmé selon un même rituel d’environ 45 minutes, orchestré en 10 étapes:

1) Présentation de soi et de son intérêt pour le sujet.
2) Réactions et commentaires sur des photos de femmes voilées qu’on leur montre (notamment des extraits de travaux de l’artiste iranienne Shirin Neshat).
3) Lecture à voix haute d’extraits de véritables correspondances  de femmes djihadistes que nous leur proposons.
4) Habillage du premier voile (noir) qui couvre l’ensemble du corps, des pieds aux cheveux, laissant seul apparent l’ovale du visage ( en silence et accompagné d’une même chanson arabe contemporaine: Hal par Yasmine Hamdam, tirée du film de j. Jarmush, Only Lovers left alive ).
5) Réactions et témoignages face à leurs sensations d’être sous ce voile et à leur image qu’elles découvrent dans un miroir.
6) Ajout du second voile qui laisse les yeux seuls apparents.
7) Réactions et témoignages face leur sensation et leur image quand elles se découvrent devant un miroir.
8) Présentation de soi, cette fois intégralement voilées
9) Dé-voilage
10) Partage sur l’expérience vécue.


Au contact de cette autre version d’elles-mêmes, face à cette identité nouvelle, beaucoup d’émotions, parfois paradoxales, montent chez chaque femme. Des histoires intimes et complexes, des larmes émergent. Les voix s’habitent de silence, de chansons, de prières, de questions …Tout cela exprimé à cause/ grâce à cette « grotte /prison sécurisante » que crée le port du voile intégral.
Chacune à sa façon, ces femmes quittent l’espace du casting en remerciant pour cette expérience qui a les surprise et transformé, autant sur perception d’elles mêmes, de leur histoire, de leur corps, de leur féminité … que leurs perceptions des femmes qui portent le voile.

La force de témoignages filmée durant ces deux jours de casting nous a surpris et bouleversé, si bien que ce casting documentée a effacé le scénario original imaginé par Elie Tahchi.
Nous savions que ce dispositif nous avait permis de faire traverser notre sujet d’une idée lointaine et schématique, à un espace humain, complexe , émouvant.