Le Vaisseau-Coeur (2019)

 
prev_20190126-shoot_affiche_vaisseau-IMG_7875 - copie.jpg
 

Opéra Liturgique
Salle Bourgie, Musée des Beaux Arts de Montréal (Québec).
10, 11 & 12 Septembre 2019
Billets: https://www.mbam.qc.ca/achats-en-ligne/concerts/le-vaisseau-coeur-bop-et-i-musici/8621/

Dramaturgie et direction de création
pour la mise en scène musicale de trois pièces liturgiques contemporaines.

Une exploration contemporaine du sacré à travers les musiques de Poulenc ( Litanies à la Vierge noire) de Messiaen (Trois petites Liturgies de la Présence divine) et une nouvelle création d’Alexis Raynault.
Sur la scène de l’église Bourgie, une cinquantaine d’artistes-chanteuses, danseuses et musiciens- s’unissent dans un rituel choral pour faire décoller le Vaisseau…peut-être pour rejoindre une autre dimension, encore plus lumineuse et connectée au Coeur.

 

 

Collaborations:
I MUSICI de Montréal et BOP (Ballet Opéra Pantomime)
Cédric Delorme-Bouchard
- mise en scène et éclairage
Hubert Tanguay-Labrosse
- chef d’orchestre
Danielle Lecourtois, mouvement
Camille Jupa et Tricia Crivellaro, costumes
Claudia Chan, piano
Estelle Lemire, ondes Martenot
Chœur d’élèves de l’école Joseph-François-Perrault




 

 

Recherche et création de l’univers visuel (Janvier 2019).

Extraits du premier laboratoire d’exploration pour construire l’Univers visuel du Vaisseau-Coeur
Co-création Cédric Delorme-Bouchard, Wissam E. Salem et Cécile Lebec

Concept: Christelle Franca, Cédric D.B;
Lumières: Cédric Delorme-Bouchard, Wissam E Salem;
Mise en image: Cécile Lebec, Wissam E Salem





Le Manifeste "NOW WE LOVE" ( 2018)

Christelle_Franca-Now_We_Love.png


NOW WE LOVE (2018) est notre manifeste de création.
Réalisé en collaboration avec Katrin Leblond, Wissam Salem et Cecile Lebec, il a dans le but de rassembler les justes co-créateurs du Changement.
Cliquez-le. Utilisez-le. Partagez-le.

NOW WE LOVE puise ses racines dans les actions de DONT BORDER ME ( 2006-2011), un projet + une ONG d’ Art et d’Education sans frontière, crée avec -entre autres merveilleux partenaires- la Société des Arts Technologique de Montreal




NOW WE LOVE (2018) is our creative Manifesto
We ( myself in collaboration with Katrin Leblond, Wissam Salem & Cecile Lebec) wrote it connect the right co-creators of Change.
Click it. Use it. Share it.

NOW WE LOVE draws its roots from the actions of
DONT BORDER ME (2006-2011), a international project + an NGO for Art and Education, created - among other amazing partnerships- with the Society for Arts and Technology of Montreal

_______________________________________________

Les marches au Sanctuaire ( depuis 2018)

IMG-7020.jpg

J’ai grandi en marchant dans les montagnes sur la frontière entre la France et l’Italie.
Lorsque je suis arrivée à Montreal, en 1995, le Mont Royal s'est naturellement imposé comme mon repère géographique à partir duquel je pouvais trouver ma position dans cette ville inconnue ; il me permettait de mieux la naviguer. Rapidement, je suis partie arpenter cet épicentre de ma nouvelle vie. Je le marchais et je le remarchais, comme s’il détenait les clefs magiques de ce nouveau « chez moi », de ce nouveau «  moi ».

Mes montagnes d’enfances avaient justement un caractère magique fort et singulier; comme la Voie Sacrée, ou la Vallée des Merveilles dans le parc National du Mercantour. Des roches gravées par les populations locales il y a cinq mille ans. Des centaines de gravures sous le ciel, à 2500 mètres d’altitude, des signes de communication avec d’autres dimensions, avec le Divin.
En marchant le Mont Royal, j’ai vite capté ces mêmes ondes. J’ai pressentis la fonction sacrée de cette montagne pour les habitants des lieux d’un siècle l’autre. J’ai noté les traces des rituels et des célébrations toujours présents; Les cercles de feu, les offrandes…des appels à la transcendance et à la communication avec d’autres mondes.

Lors des premières années, je me suis concentrée sur les sentiers forestiers de la montagne, toujours curieuses d’y découvrir des nouveaux passages. Et puis un jour, j’ai débouché sur le cimetière Mont Royal. C’était le printemps, tout était en fleur. Puissantes forces de vie et de mort, parfaitement unies. Cette beauté alchimique m’a bouleversée en aller simple. À partir de là, c'est surtout dans ce sanctuaire que je suis partie marcher. Chaque semaine, chaque saison, le jour et même la nuit! J’ai même emménagé face à la montagne, au pied du cimetière Mont-Royal pour m’y ouvrir un accès immédiat et quotidien. 

Au fil du temps, j’y ai évidemment emmené mes amis, puis les amis de mes amis…et ces marches collectives sont nées. Je les ai officiellement commencé en mai 2018 . Depuis je partage et je continue à découvrir ce Sanctuaire si peu connu des montréalais. La poésie de certaines tombes, la majesté des arbres multi-centenaires, la diversité de la faune, de la flore…pour ne citer que ce qui est visible. Car on y vit aussi une étonnante qualité de silence, d’écoute profonde, de recueillement, de ressourcement… et cela en plein coeur de la ville.

J’ai bien sur hésité avant d’ouvrir ce lieu à plus de gens. J’avais l’envie de garder ce sanctuaire secret, de le protéger de plus de passages qui pourrait l’abimer. Mais à chaque fois que je l’ouvrais aux justes marcheurs, je sentais sa force s’amplifier. Et nos forces s’amplifier, en écho.

Il y a des lieux faits pour qu’on viennent y déposer le bruit de nos vies, pour ralentir, se reconnecter à la nature, à notre territoire, à notre communauté, et surtout à nous même, à notre nature sacrée. Ces lieux, par leur force d’absorption tranquille, nous permettent, un moment, sans y penser, de réunir naturellement en nous ce que nous voyons comme des paradoxes ; la nature et la ville. La vie et la mort. La solitude et le collectif…Le cimetière du Mont Royal m’apparait de ceux là. Et comme tout les lieux sacrés, il ne s’ouvre vraiment qu’à ceux qui le respecte et le remercie. Alors le cercle d’échange se révèle à la lumière. Ce sanctuaire nous protège parce que nous le protégeons en retour.

Je vous invite à le (re)découvrir.
Je vous invite à vous y découvrir.

D’ici là, quelques images de ce sanctuaire et de nos marches silencieuses, joueuses.
Ainsi qu’un généreux témoignage offert par l’une des marcheuses , Eve Marie Langevin:
https://evemarieblog.wordpress.com/2019/06/29/marche-au-cimetiere-mont-royal-ou-les-cycles-en-mouvement/



NOW: Le Jeu du Présent (2017)

Cartes pour se connecter avec nos forces du Présent.
Jeu de 54 cartes. 2017

Idéation, direction créative, & réalisation de cartes pour jouer avec les possibilités du Présent.

 

UN JEU DE VIE.

NOW est un jeu que j’ai entièrement conçu et designé à partir de mes photographies de vie et de mes voyages… et des mots qu’elles m’inspirent.

UN ORACLE DU PRÉSENT.

J’ai crée NOW dans l’esprit des oracles et jeux de tarot… À la grande différence que NOW ne cherche pas à lire le futur, mais à écouter le Présent.

 
IMG_6892.GIF
 
 
 

 
christelle_grandsoi-tentsync1 SyncMap.02_21_26_06.Still018.png


UN JEU POUR RALENTIR…

Lorsque nous nous arrêtons pour tirer une ou plusieurs cartes, nous faisons une pause dans la course après le temps.

Le design minimaliste de NOW, centré sur une image et quelques mots, aide à canaliser nos flux constants d’informations - qui sont souvent orientés vers le passé ou le futur. Il aide à focuser sur ce qui se joue dans le présent de nos vies.


…POUR CAPTER LES POTENTIELS DU MOMENT…

On se pose avec le Présent.
On l’écoute, on l’observe. On le questionne. On pose une intention. On lui demande de nous offrir un “message” pour éclairer une situation, une émotion, une sensation qui se joue maintenant, en nous ou autour de nous.

…POUR MIEUX CONSTRUIRE LE FUTUR.

En pratiquant ce jeu de la Présence, on apprend à plonger avec moins de résistance dans son paysage intérieur: ce lieu mystérieux plein de potentiels qui nous intimide.
NOW nous aide à découvrir des clefs pour se libérer du passé et pour mieux construire le futur.


 
 

NOW se vend partout dans le monde

Le jeu, qui compte 54 cartes, est actuellement vendu au Québec, Liban, France, Suisse, USA, Jordanie, Belgique, Maroc…

NOW s’écoute partout dans le monde

Régulièrement, je crée des “lectures du Présent” sous format audio-visuel que je publie sur mon site et via les réseaux sociaux.

J’y tire une carte du jeu et, en racontant l’histoire de la carte (de la photo, du moment ou du lieu où je l’ai prise), j’adresse les forces de transformation qu’elle contient. Ces lectures proposent un chemin énergétique pour s’arrimer collectivement aux resources du Présent.
Retrouvez toutes les lectures ICI

NOW évolue… forcément!

Je crée régulièrement de nouvelles cartes. Ce jeu compte actuellement 125 cartes… et continue à grandir.
Originalement crée en anglais, une version française du jeu est en cours.

Quelques tirages de NOW, envoyés par des joueurs du monde entier:

christelle_grandsoi-tentsync1 SyncMap.02_16_43_03.Still010.png

"Ecouter-Raconter" - Liban & Camps de réfugiés (depuis 2010)

Ateliers d’expression créative pour enfants et adolescents
Libanais, Palestiniens, Syriens ( camps de réfugiés au Liban)
Liban. 2010 - présent

 
 
SALAMAT.jpg

Direction créative, chef de projet, & formatrice d’Ateliers d’Expression créative pour la jeunesse de camps de réfugiés au Liban.

● PUBLIC:
Ces ateliers s’adressent aux jeunes Libanais et aux jeunes réfugiés Palestiniens et Syriens au Liban.
Ils s’adressent également aux formateurs locaux intéressés par les méthodologies d’actualisation, basées sur l’écoute et la narration.

● PARTENAIRES
Je crée ces ateliers en partenariat avec des ONG et en collaborations avec des artistes, des activistes et des thérapeutes locaux (Don’t Border Me; Khayal pour l’Art et l’Education; Al Kamandjati, La Maison du Livre, Nehme Nehme, Patricia Namour).

● OBJECTIFS
Ces ateliers, modulables selon les contextes et les âges, ont un objectif double:
- Apaiser momentanément les systèmes nerveux des jeunes qui vivent dans des espaces où les tentions physiques et psychologiques sont constantes .
- Encourager les jeunes à exprimer créativement les sensations et les émotions qu’ils portent; les aider à raconter leurs maux, leurs peurs, à nommer leurs espoirs et leurs rêves.

Ces jeunes grandissent dans des identités communautaires fortement hérigées sur une histoire de conflits, d’exils… de couches successives de blessures non guéries héritées des générations précédentes.

Cet acte d’individuation et d’actualisation est donc à la fois complexe et important à poser pour eux. Ces ateliers sont comme des “mini pas-de-cotés” pour sortir d’un chemin narratif passé et construire une histoire différente, nouvelle.

● DESCRIPTION DES ATELIERS
Les ateliers suivent un même rituel: CALMER→ECOUTER→RACONTER→PARTAGER.

1 → CALMER.

Les ateliers débutent par des activités pour canaliser l’agitation corporelle des jeunes, calmer leur état de nervosité physique et les rendre disponibles à être Ici et Maintenant.
Je les guide dans différents exercices de respiration ou de mouvements ( danse, yoga, étirements ) qui activent leur souffle, leur équilibre, leur qualité de présence.

 
IMG_0671 - copie 3.JPG
 

2→ ECOUTER.

Je les invite à se poser, à s'allonger côte à côte, les yeux fermés ou bandés, et à écouter des voyages sonores que j’ai composé (entre musiques, ambiances et récits).
Dans cette écoute aveugle et dans cette posture d'intimité physique, les jeunes se connectent collectivement et individuellement à leur force d’imagination.

 
burj23 - copie.jpg
 
 


3→ RACONTER.

Suite à cette écoute, je propose à chacun d’exprimer plastiquement ce qu’il a senti, ressenti et vu durant l'expérience. Différents supports sont mis à la disposition du groupe (papiers, crayons, peinture, matériaux plastiques, etc.).

 
IMG_9779 (1).jpg
 


4→PARTAGER.

L'atelier se conclut sur un partage verbal collectif. Des discussions se forment autours des ressentis vécus lors de cette expérience d'écoute profonde.
Les mécanismes de défense s'assouplissent; des espaces de reconnaissance, d'empathie se forment entre les jeunes.
Chacun peut repartir avec son dessin comme une trace d’un espace-temps où ils se sont reliés à eux-mêmes et à l'Autre.

 
14.jpeg
 
 
 

“Je suis le théâtre des opérations” (2016)

P1470151.jpg

Laboratoires D’Écoutes à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Performance. 1h15 (9 représentations)
Montréal, Québec. 2016

Affiche des perforrmances, realisée en collaboration avec Cecile Lebec.

Affiche des perforrmances, realisée en collaboration avec Cecile Lebec.

Idéation, direction de création, chef de projet
de la creation et performance publique proposée dans le cadre de présentation de ma maitrise en Etudes Théâtrales, à l’Université du Quebec à Montreal *


Synopsis.

Cette création rassemble deux rituels narratifs:

● 1- ECOUTER MON HISTOIRE:
Je propose immersion dans un film sonore de 45 minutes que j’ai composé à partir de mes enregistrements du Liban et dans lequel je raconte mes liens intimes avec ce territoire et ses êtres.
La trame sonore complète à écouter ICI

Les auditeurs entreprennent ce voyage d’écoute dans les conditions de leurs choix. Confortablement assis, ou couchés. Les yeux fermés, bandés, ou grand ouverts sur le carrefour chaotique des rues Montréalaises Sainte Catherine et Saint Denis qui s’agitent derrière les baies vitrées, en contrebas de l’espace d’écoute.
Le choix de ce carrefour est stratégique. Il permet à l’auditeur d’être exposé en direct à des vibrations sonores et à des informations visuelles renouvelées. Ces couches de “réel Montréalais” rentrent alors spontanément en résonance avec la trame sonore du Liban.


● 2- PARTAGER NOS HISTOIRES… ET LES RELIER.
Suite à ce voyage sonore, j’invite les auditeurs à écrire, dessiner, partager graphiquement sur une murale ce qu’ils ont perçus pendant leur écoute et de relier leurs perceptions avec celles des autres.
Cette création collective prend de l’ampleur d’une représentation à l’autre. Elle nous permet de visualiser les nombreux liens et résonances qui se tissent entre nos histoires individuelles.



* “ Je suis le théâtre des opérations”( Beautifully fucked-up) a été réalisé avec les précieuses collaborations des créateurs suivants:

Juliane Lachaud: Assistance à la mise en scène.
Christian Fortin & July Michèle Morin: Assistances dramaturgiques.
Cédric Delorme-Bouchard: Eclairages et scénographie.
Wissam E. Salem: Direction de production & captation audiovisuelle.
Cécile Lebec: Graphisme.
David Drury: Assistance à la dramaturgie sonore.
Bruno Pucella: Assistance au design sonore.
Charbel Yazbeck: Thé et générosité libanaise
Véronique Borboën et Emilie Martz-Kuhn: Professeures, assistantes et co-directrices de ma création de maitrise. 


Life on Hold (2015)

Web documentaire Al Jazeera: http://lifeonhold.aljazeera.com/
Co-production, Qatar, Québec, Liban. 2015

 

 

Direction de la CRÉATION SONORE et COMPOSITION pour le web-documentaire “ LIFE ON HOLD”, produit par Al Jazeera (Qatar) en coproduction avec Kngfu Numerik et LOKI Design (Montréal).
LIFE ON HOLD a obtenu de nombreux honneurs, dont le prix d’Or des Nations Unies (UNDPI Gold Award)

Mon rôle dans la production:
- Recherche sur l’expérience d’écoute de l’utilisateur, en tenant compte de la complexité du sujet et des diverses couches narratives.
- Conception des univers sonores qui présentent l’environnement unique de chaque personnage à l’image.

Capture d’écran 2019-06-14 à 15.53.10.png

Synopsis
Life On Hold est un documentaire interactif d'Al-Jazeera qui présente dix réfugiés syriens vivant au Liban. Le projet explore leurs histoires à travers des profils vidéo, des photos, des sons environnementaux et des cartes géographiques de leurs exils jusqu’au Liban. La page de chaque personnage fonctionne comme un album audiovisuel offrant un aperçu immersif de leur vie quotidienne.

L'artiste syrien Tammam Azzam a créé un mur numérique pour chaque personnage, indiquant exactement le nombre de jours en exil. Chaque mur est également un espace de contribution pour commentaires positifs: les téléspectateurs peuvent envoyer des messages de soutien pour les personnages, qui s'affichent sous la forme d'étoiles scintillantes (image ci-dessus).
Avec cette approche créative et multiforme, Life on Hold offre une vision de l’humanité et de l’espoir.

 

 





Mon Jeu du Liban (2014)

 
 

Jeu de 54 cartes, basées sur des photographies personnelles
Montréal, 2014.

Idéation, direction créative, réalisation d’un jeu de 54 cartes sur lequel j’ai imprimé une sélection de photos que j’ai prises lors de mes huit années au Liban .

Contexte & création
J’ai été inspirée à créer ce jeu pour tenter de répondre aux nombreuses questions qu’on me posait sur mes huit années au Liban et auxquelles j’avais souvent de la difficulté à répondre!
Je ne suis pas libanaise- Aucune origine connue en tous cas. En plus, il est bien complexe de résumer huit années de vie dans un pays embrouillé de nombreuses réalités paradoxales (un pays “Beautifully fucked up”, une de mes histoires sonores que je lui ai dédié…).

IMG_0851.jpg

Alors comment raconter? Par où commencer mon histoire? Avec quel morceau ?

J’ai crée ce jeu en l’imaginant comme un système de narration portable, facile à “dégainer” quand les questions se présentent.
Les cœurs sont des portraits d’êtres. Les trèfles, des maisons.
Les piques, des vues sur les divers espaces géographiques qui composent le Liban. Les carreaux, des marquages graphiques sur le territoire.

IMG_0414-photo-full.jpg

Lorsque quelqu’un me questionne sur mes années au Liban, je sors les cartes de mon sac et je lui en fais tirer une, deux, trois que je lui raconte.
Tout en me les re-racontant finalement à moi même…

Les combinaisons renouvelées de ces fragments de mon histoire intime avec ce pays m’ont permis de la garder fraiche et en mouvement; de ne pas la laisser figer dans le passé.

Aujourd’hui encore, en racontant ces cartes, je continue à mieux saisir les nuances des fils qui me relient à ce Liban, ce pays “chez moi, pas chez moi”, à ces êtres qui se sont engrammés dans mon coeur.

Ultimement, le récit est collectif.
Quand on commence à se raconter, on déclenche souvent l’envie chez ceux qui écoutent de se raconter à leur tour. On partage, on ouvre, on libère… L’histoire intime devient universelle.







La Femme Migrante (2014)

 
 

Expérience documentaire
Court métrage cinéma (HD); 25 minutes
Montréal (Québec). Mai 2014

Direction de création & scénarisation de l’expérience Documentaire “La femme Migrante,
Réalisation: Elie J. Tahchi
Direction photo & co-production: Wissam E. Salem
Son: Joe El Hajj & Julia Innes

Synopsis:

L’histoire vraie d’un casting pour femmes voilées

En 2014, Elie Tahchi, cinéaste Libanais à Montréal, travaille sur l’écriture d’un moyen métrage qui met en scène l’histoire parallèle de deux femmes voilées au Québec.
Afin d’aborder la complexité du sujet avec le plus de nuances possible, nous décidons d’utiliser la pré-production comme une étape de recherche filmée: Nous organisons un casting d’actrices potentielles pour ces rôles, de manière à collecter des témoignages et expériences de femmes qui se voilent.

Capture d’écran 2019-06-14 à 15.38.53.png

15 femmes viennent au casting.
Elles ont entre 18 et 60 ans, québécoises, maghrébines, haïtiennes, libanaise, turque.
Chacune entretient un degré de proximité et de curiosité différent avec le sujet du voile. Aucune ne le porte. Une seule l’a déjà porté.
Tour à tour, ces femmes se revêtent du voile integral et nous partagent les émotions et sensations que cette experience active en elles.


 

 

Comment nous avons procédé:

Nous avons accueilli ces femmes tour à tour et nous les avons filmé selon un même rituel d’environ 45 minutes, orchestré en 10 étapes:

1) Présentation de soi et de son intérêt pour le sujet.
2) Réactions et commentaires sur des photos de femmes voilées qu’on leur montre (notamment des extraits de travaux de l’artiste iranienne Shirin Neshat).
3) Lecture à voix haute d’extraits de véritables correspondances  de femmes djihadistes que nous leur proposons.
4) Habillage du premier voile (noir) qui couvre l’ensemble du corps, des pieds aux cheveux, laissant seul apparent l’ovale du visage ( en silence et accompagné d’une même chanson arabe contemporaine: Hal par Yasmine Hamdam, tirée du film de j. Jarmush, Only Lovers left alive ).
5) Réactions et témoignages face à leurs sensations d’être sous ce voile et à leur image qu’elles découvrent dans un miroir.
6) Ajout du second voile qui laisse les yeux seuls apparents.
7) Réactions et témoignages face leur sensation et leur image quand elles se découvrent devant un miroir.
8) Présentation de soi, cette fois intégralement voilées
9) Dé-voilage
10) Partage sur l’expérience vécue.


Au contact de cette autre version d’elles-mêmes, face à cette identité nouvelle, beaucoup d’émotions, parfois paradoxales, montent chez chaque femme. Des histoires intimes et complexes, des larmes émergent. Les voix s’habitent de silence, de chansons, de prières, de questions …Tout cela exprimé à cause/ grâce à cette « grotte /prison sécurisante » que crée le port du voile intégral.
Chacune à sa façon, ces femmes quittent l’espace du casting en remerciant pour cette expérience qui a les surprise et transformé, autant sur perception d’elles mêmes, de leur histoire, de leur corps, de leur féminité … que leurs perceptions des femmes qui portent le voile.

La force de témoignages filmée durant ces deux jours de casting nous a surpris et bouleversé, si bien que ce casting documentée a effacé le scénario original imaginé par Elie Tahchi.
Nous savions que ce dispositif nous avait permis de faire traverser notre sujet d’une idée lointaine et schématique, à un espace humain, complexe , émouvant.

Radio Beirut (2012)

Espace de création et de diffusion musicale; Radio Web: https://www.radiobeirut.net
Beyrouth, Liban
2012

Photos de l’équipe initiale: création et lancement de Radio Beirut ( 2012)

Photos de l’équipe initiale: création et lancement de Radio Beirut ( 2012)

Direction de création & Narration pour le lieu de performances musicales / Radio Online “Radio Beirut” fondé par Jihad Samhat.

Mon travail au sein de Radio Beirut s’est étalé entre 2011 et 2013.
J’ai fait partie de l’équipe de création qui a crée et mis en place le projet: la construction du lieu, son éthique et sa programmation.

J’étais parallèlement en charge de la programmation culturelle francophone en créant des partenariats, projets, entrevues sonores avec les représentants du Centre Culturel Français de Beyrouth( 2012-2013), la Maison du Livre Francophone, et L’Agenda Culturel.

J’étais la voix féminine officielle (français et anglais) des annonces de Radio Beirut :)

À lire ICI, article de presse que j’ai rédigé pour le lancement de Radio Beirut, Juillet 2012

Depuis son ouverture, Radio Beirut est devenue une institution culturelle importante. Elle soutient la promotion et la diffusion de la musique contemporaine alternative régionale. Elle accueille également les performances de nombreux musiciens internationaux.

Une soirée de performances

Une soirée de performances

81824_mainimg.jpg










“Les amis de mes amis” (Don’t Border Me, 2009)

Projet documentaire; action sociale
Liban, 2009.

 
 


Directrice artistique & chef de projet
de l’initiative sociale documentaire “Les amis de mes amis”,
réalisée au Liban en septembre & octobre 2009.

Co-création : Lydie Claitte et Etienne Cotê Paluck

Collaborations et soutiens financiers :
France: La région PACA, Le Ministère de la Jeunesse et des Sports, Euromedinculture.
Quebec: La Société des Arts Technologique (SAT) de Montréal

Synopsis

“Les amis de mes amis” est une initiative sociale documentaire qui s’intéressait aux activateurs sociaux Libanais contemporains.
DONT BORDER ME (Lydie Claitte, notre ami journaliste Montréalais, Etienne Cotê Paluck et moi même), nous voulions rencontrer des porteurs d’actions sociales; Des libanais et libanaises engagés dans l’evolution du bien être et du bien agir de leur territoire.
Nous avons choisis de faire ces rencontres de manière organique, comme dans la vie: en suivant une chaine d’ami.e.s existante, en allant d’un ami à l’autre. Mais notre demande était singulière: Nous ne demandions pas à chaque individus de nous parler de son propre travail d’activiste, mais plutôt de nous parler d’un de ses amis activiste dont les actions l’inspiraient. Nous allions ensuite voir cet ami, qui nous parlait lui-même d’un de ses amis activistes qui l’inspirait et ainsi de suite…
Au final, nous avons rencontré huit libanais, huit amis d’amis et avons découvert huit importantes initiatives sociales.

Quelques images du tournage des “amis de mes amis” ( Liban septembre & octobre 2009)

Ces amis étaient:
Nehme Nehme ( Metteur en scène, pédagogue et ami-collaborateur de DONT BORDER ME), qui nous a parlé des actions de son ami
Elias Maalouf ( Vidéaste )nous a parlé des actions de ses amis
Hanane Kai et William Choukeir (Designers écologiques ) nous ont parlé des actions de son ami
David Habchi ( illustrateur activiste ) nous a parlé des actions de son amie
Maya Zankoul ( illustratrice féministe ) nous a parlé des actions de son ami
Rami Fayoumi ( photographe blogueur ) nous a parlé des actions de son amie
Liliane Assaf ( Ingénieur et blogeuse) nous a parlé des actions de son ami
Nael Kaedbey ( avocat engagé dans le droit au mariage civil au Liban ).

Un rituel de rencontre et de narration

Pour mieux découvrir les individus et leur lien, ainsi que pour de donner une continuité narrative à notre parcours documentaire, nous avons appliqué un petit rituel à chaque rencontre
Nous demandions à chacun de nous donner rendez-vous dans un lieu qui représentait l’ami dont il allait nous parler. Nous lui demandions de nous apporter un petit cadeau pour l’ami, que nous lui donnerions de sa part.
Nous avons ainsi découvert huit lieux au Liban et remis huit cadeaux, chacun porteur d’une histoire d’amitié.

Ce qu’est devenu “Les amis de mes amis”

En debutant au Liban, “Les amis de mes amis” avait pour vision de se réaliser au sein du réseau DONT BORDER ME ORCHESTRA, ( France, Quebec, Italie, Malte, Allemagne, Egypte), selon le même processus de rencontre à travers des chaines d’amis des membres du réseau.

Comme souvent, ces beaux et vastes projets sont lourds à organiser et à financer sur le long terme. Ainsi, malgré beaucoup de matériel audio-visuel capté au Liban à l’automne 2009, seul le “trailer” a été réalisé.
Cependant, de nombreuses amitiés et collaborations professionnelles sont réellement nées des “amis de mes amis”… et vivent toujours! Ce résultat est pour nous le véritable sujet des “ amis de mes amis”: une façon différente de découvrir et de faire découvrir un territoire étranger en s’y engageant à travers les rencontres humaines.

le DON’T BORDER ME Orchestra (2009)

Résidence de création; action sociale
Multi-national: France, Québec, Liban, Italie, Egypte, Allemagne, Malte
2009

Directrice artistique et Chef de projet d’une Résidence de création entre des représentants d’organismes culturels de 7 pays différents *

residence+jour+1.jpg

Projet initié par l’Association DONT BORDER ME (France), avec les collaborations et soutiens financiers de:
France: La région PACA, Le Ministère de la Jeunesse et des Sports, Euromedinculture, la Ville d’Arles, l’IUP d’Arles, La maison d’Hôtes Erick Vedel.
Québec: La Société des Arts Technologiques (SAT) de Montréal
Liban: Khayal pour l’Art et l’Education
Italie:
Love Difference/Fondazione Pistoleletto
Allemagne:
International Munich Art Lab
Égypte: Gudran For Arts and Education
Malte: St James Cavalier Center
et le généreux travail d’une dizaine de créateurs et mains d’oeuvres bénévoles.

Contexte:

Suites aux réussites des échanges précédents (Canada-France-Liban) DONT BORDER ME a eu l’envie d’ouvrir l’échange à d’autres territoires et cultures.

Du 28 au 31 janvier, à l’Espace Van Gogh d’Arles, DONT BORDER ME invite et accueille des artistes et représentants de 7 organismes culturels internationaux pour participer à une résidence de recherche-création. Chacun sur son territoire, avec son public et ses angles d’approches, les 7 organismes développent tous des actions basées sur la libre circulation des êtres, des connaissances et des oeuvres.
Les organismes se rencontrent pour réfléchir aux potentialités d’une mise en commun de leur pratiques et de leurs ressources en créant un réseau, LE DONT BORDER ME ORCHESTRA. Le premier projet du réseau est de constituer une banque de données sur le thème de « la résistance festive ». Il s’agit de construire ensemble un « kit anti-crise » fait des solutions.
La résidence s’achève sur l’écriture collective d’un manifeste ( en anglais, ci-dessous) et un agenda commun pour l’année 2009 construit sur des visites sur les lieux de travail des partenaires pour y organiser divers événements (concerts, ateliers, séminaires).

(* cette résidence a pu être réalisée grâce à un co-financement de chaque organismes partenaire, soit 30% du coût de transport, ainsi que grâce au soutien du Ministère de la Jeunesse et des Sports et du Service Culturel de la Ville d’Arles

manifesto75 (2).jpg






“Une nouvelle planète, ensemble” ( Don't Border Me, 2008-2009)

Echange scolaire; action sociale
France-Liban. 2008-2009

Un enfant au Liban ( à gauche ) qui joue avec l’ombre de son camarade en France (à droite).

Un enfant au Liban ( à gauche ) qui joue avec l’ombre de son camarade en France (à droite).

Directrice artistique et chef de projet de l’échange scolaire France-Liban en co-création avec Nehme Nehme.

Avec les collaborations de:
- Lydie Claitte, Maéva Hormain, Fanny Laporta (DONT BORDER ME)
- Des deux professeures responsables des classes impliquées en France et au Liban

___

Contexte: Cet échange est né d’un besoin exprimé par deux enseignantes d’écoles primaires, l’une en France (ma propre soeur), l’autre au Liban (l’enseignante de la classe de Français): celui d’aider aux décloisonnement culturel de leurs élèves.

L’école française d’Entrevennes est rurale, située sur les beaux plateaux silencieux de Haute Provence. Une classe unique qui rassemble quatre niveaux scolaires et une vingtaine d’enfants.

L’école libanaise est pleinement urbaine et surchargée d’élèves. Elle est située au milieu du chaos sonore de Beyrouth, dans la banlieue sud presque exclusivement musulmane Chiite; une enclave politique fortement bombardée par l’armée israélienne quelques mois auparavant.

Malgré des contextes si différents, les deux groupes d’enfants vivent dans des cercles communautaires très repliés sur eux même et ils nourrissent les mêmes envies de découvrir, “d’aller voir ailleurs”.

___

À travers nos deux ONG respectives, Khayal (Beyrouth) et DON’T BORDER ME (Arles ), mon ami et collègue Nehme Nehme et moi mettons en place un échange créatif entre les deux écoles durant l’ensemble de l’année scolaire 2007-2008.

L’échange commence par une correspondance postale (pas d’internet dans l’école libanaise. Parfois pas même d’électricité). Des lettres, des dessins, des photos, des enregistrements vocaux...
Au fil de l’année, la correspondance devient théâtrale pour monter un spectacle commun de fin d’année autour du Petit Prince de St Exupéry. Nehme et moi filmons les élèves qui jouent des scènes ombres chinoises. Nous emmenons ces captations à l’école “d’en face” et les élèves jouent et dialoguent avec les ombres chinoises de leurs camarades. À travers ce dispositif simple et cette histoire universelle, les enfants trouvent dépasser les frontières, se rencontrer, jouer les uns avec les autres.
Le résultat enthousiaste tout le monde. Enfants, parents et professeurs…

Une action bénévole avec les possibles des moyens humbles
Plutôt que d’espérer d’éventuels soutiens financiers qui requièrent beaucoup de temps et d’énergie à mettre en place, nous avons collectivement décidé de réaliser cet échange à la mesure de nos resources et moyens matériels.
Nous avions la certitude qu’un besoin et qu’un momentum particulier nous était proposé et que l’expérience à vivre était enrichissante pour chacun.

Résumé de l’année d’échange France-Liban en images:

"The Invisible Red String" (2008)

Performance dans le noir
Théatral, 45 min
Beyrouth, Liban. 2008

Idéation, direction créative, & performance de “The Invisible Red String”
Une création sonore invitée dans le cadre du Festival de Printemps ( Liban-Egypte)
Théâtre Shams (Beyrouth, Liban 2008)

IMG_0004.jpg


Synopsis:
Un fil sonore à suivre confortablement assis dans un théâtre, plongé dans le noir complet.
Un passage entre les temps, les lieux, les histoires, en direction du coeur.
Un film pour les oreilles.

Voyage sonore intégral à écouter ICI:

( Narration sonore composée en direct, avec 2 platines vinyles, 1 ordinateur et 1 micro )



“Théâtre d’opérations” (Don't Border Me, 2008)

Performance théâtrale, 20 minutes
Part de Don’t Border Me
Marseilles, France. 2008

DIRECTION CREATIVE, CO-ECRITURE & PERFORMANCE de la pièce “ le théâtre des opérations” jouée pour la première fois au festival Son de Plateaux, pour l’édition “ sons de la guerre” (GRIM,Marseille, France. 2008)

http://euphonia.grenouille888.org/documents/Sondeplateaux3.pdf

Co-création: Nehme Nehme . Dramaturgie & video. (Liban)
Co-production: DONT BORDER ME & le GRIM- Groupe de Recherche et d’Intervention Musicale (France)

Mon voisinage à Beyrouth ( 2008)

Mon voisinage à Beyrouth ( 2008)


Une courte pièce-performance ( 20 minutes) sur la distance qui sépare et la voix humaine qui relit; sur les images que l’on voit et celles qu’on se crée dans sa tête…sur la vie qui passe, silencieusement hors camera.


Synopsis:
Le 13 décembre 2008, j’étais à Beyrouth avec Nehme, mon ami metteur en scène. On a travaillé; j’ai fait des prises de son. Simplement ce jour là j’ai reçu plus d’appels de l’étranger, de ma famille et de mes amis en France et au Quebec. Parce que, ce jour là il y avait eu un attentat à Beyrouth . Tous avaient écouter les nouvelles . Tous etaient inquiet. J’ai passer ma journée à de leur dire qu’ici, pour nous, c’était “une journée comme les autres”…
Un mois plus tard, j’étais en France et il y a eu un nouvel attentat. Ce jour là, c’est moi qui a passé ma journée à écouter les informations, à essayé et re-essayer de joindre Nehme au telephone, sur Skype …Au fond de moi, je le savais que pour lui ,“ c’était un jour comme les autres”, qu’il était probablement au travail, ou avec sa famille, ou bien pris dans les embouteillages de Beyrouth…Mais la distance et les media me construisaient une autre histoire dans ma tête, et jusqu’à temps que j’entende sa voix, j’avais le ventre et le coeur noué.

Quelque mois après cet évènement Nehme Nehme et moi avons eu l’envie de créer une courte pièce autour de ce moment vécu “de l’interieur et de l’extérieur”.
  Chacun notre version de notre “ théâtre des opérations” Subjective, forcement...              

En répétition du “Théâtre des Operations GRIM, 2008) Moi devant une video qui filme l’entrée du théâtre Tournesol de Beyrouth, le lieu de création de mon ami Nehme Nehme .

En répétition du “Théâtre des Operations GRIM, 2008)
Moi devant une video qui filme l’entrée du théâtre Tournesol de Beyrouth, le lieu de création de mon ami Nehme Nehme .

“Esprits de résistance Festive” (Don't Border Me, 2007)

Échange radiophonique: Radio Canada & Radio Liban
Montréal (Québec), Beyrouth (Liban)
2007

DIRECTRICE ARTISTIQUE et CHEF DE PROJET de DONT BORDER ME-ESPRIT DE RÉSISTANCE FESTIVE: une correspondance radiophonique entre Radio Canada et Radio Liban.

Collaborations
Don’t border me ( Association Loi 1901, Arles, France)
Radio Canada (Bande à Part-Montreal, Canada),
Radio Liban ( Beyrouth, Liban)

Co-créateurs
Serge Abiaad, Ziad Nawfal, Jad Souaid, Charbel Haber, Lydie Claitte.

Une partie de l’équipe DONT BORDER ME -ESPRIT DE RÉSISTANCE FESTIVE. Ziad Nawfal, Jad Souaid,Christelle Franca et Charbel Haber. (France-2007)

Une partie de l’équipe DONT BORDER ME -ESPRIT DE RÉSISTANCE FESTIVE.
Ziad Nawfal, Jad Souaid,Christelle Franca et Charbel Haber. (France-2007)

Entre le 13 et le 23 novembre 2007 , la section Bande à Part de Radio-Canada et le programme Ruptured de Radio Liban ont partagé leurs ondes à travers une série d’émissions (en direct et préenregistrées) qui connectaient des musiciens et créateurs contemporains des scènes libanaise et québécoise.

L’échange était activé par un désir mutuel d'écouter et de raconter le Liban autrement qu’à travers son habituelle aura médiatique de pays en guerre (notamment ravivée par son récent conflit avec Israël à l’été 2006). Pendant dix jours, sept artistes contemporains libanais ( musiciens, photographes, journalistes) ont partagé leurs créations et leurs histoires. Des informations esthétiques, sociales, culturelles, politiques qui révélaient autant les problèmes que les forces vives du territoire.

DONT BORDER ME-ESPRIT DE RÉSISTANCE FESTIVE est diffusé sur l’antenne de Radio Canada ainsi que sur le blogue de Bande où se retrouve une série des capsules sonores, de textes et d’images envoyés par les créateurs Libanais (blogue.bandeapart.fm/radio_liban/.)

Quelques extraits en images, textes, voix et musiques.


B

La ville en chantier.”
Beyrouth est une ville étrange.Les chantiers y sont incessants.Je découvre sans arrêt de nouveaux bâtiments
surgis du néant là où, quelques jours auparavant,il n'y avait qu'un vieux dépôt désaffecté, un terrain de foot, une bâtisse croulante.Les rues muent et se transforment au fil des semaines, sans que personne ne semble
vraiment s’en étonner.
En Juillet 2006, le pays a été l'objet d'une vaste offensive militaire Israélienne.Des quartiers entiers et de nombreux boulevards de la capitale ont été détruits. Ceci a évidemment eu pour conséquence la recrudescence des chantiers en ville. Aujourd'hui, Beyrouth est grise de poussière, elle respire le béton et le métal rouillé. Et même si le pays vit un cauchemars politique et économique récemment, le chantier urbain est intransigeant. Le métal et le béton règnent,incontestés, déterminés, et rien ne semble pouvoir les ralentir dans leur lourde progression. Je les entends souffler, gronder et grincer. Les sons que j'ai traités et mis en scène,ces masses sonores fluctuantes, sont à l’origine des bruits capturés sur des chantiers et ailleurs. Je les ai pesés, décousus, et taillés. Je les ai modulés et transformés, tel un nouvel alliage secret.
Je leur ai donné une voix.
Ainsi, vous aussi, vous pourrez peut-être y entendre les lamentations fourbes de la ville en fusion.

Jawad Nawfal

« Songe d’une nuit d’été à Beyrouth .  Caroline Tabet. Beyrouth, 11.11.07

« Songe d’une nuit d’été à Beyrouth .
Caroline Tabet. Beyrouth, 11.11.07

EN 2009, Ziad Nawfal m’invite à mon tour pour parler de Dont Border Me et jouer des musiques et sons qui represente ce projet pour moi qui l’ai initié.
https://rupturedonline.com/tag/radio-canada/

DONT BORDER ME: Concert de lancement & Levée de fonds (2007)

Concert de lancement & levée de fonds
Montréal, Québec. 2007

Initiatrice, directrice artistique, & chef de projet du concert levée de fonds pour créer un échange radiophonique Quebéc-Liban (SAT, Montreal 2007)

flyer_RECTO (2).jpg

NAISSANCE DU PROJET DONT BORDER ME
Ce concert marque la naissance officielle du projet DONT BORDER ME, né grâce au soutien de la SAT de Montréal. L’objectif était de mettre en place des actions artistiques et pédagogiques qui faciliteraient la circulation des idées, des œuvres, des êtres.
Les frontières et les visas en étant les pierres angulaires.

CONCERT DE LANCEMENT DE DONT BORDER ME
Lors d’une résidence à la SAT, j’ai organisé un concert de levée de fonds. L’évènement avait plusieurs objectifs: Il permettait de lancer officiellement le projet DONT BORDER ME, de partager ses visions, de mobiliser des artistes collaborateurs, et de rassembler les bases d’un financement pour mettre en place deux premières actions artistiques : un échange radiophonique entre Radio Canada et Radio Liban (“ Esprit de Résistance Festive”) et un documentaire de Serge Abiaad sur la création musicale au Liban.

flyer_verso .jpg

Le concert a lieu le 9 juin 2007, à la SAT de Montréal

→Environ 6000$ récoltés
- Un public d’environ 250 personnes.
- Médiatisation de l’événement par une dizaine de médias (presse, radio, Tv, internet)

Le concert est organisé en collaboration avec une soixantaine bénévoles dont:
-Serge Abiaad ( co-création et production)
-Cedric Houin ( graphisme)
-Hugues Monfroy ( communications)
-35 artistes Montrealais et Libanais (musiciens, vidéastes, performeurs, cuisiniers, scénographes)
-Radio Canada-Bande à Part
-La SAT *( via une bourse de recherche de 2000$ + la mise à disposition des locaux, matériel et techniciens)

Les bénéfices de la soirée se séparent équitablement pour participer au financement des 2 actions d’échange artistique avec le Liban à l’automne 2007 ( le documentaire de Serge Abiaad et l’échange radiophonique entre Radio Canada et Radio Liban)


L’évenement en quelques images :